Catégories
Culture et traditions

Coutumes indiennes

Les coutumes de l’Inde incluent les croyances religieuses, la gastronomie, l’art et les modes de vie des groupes ethniques qui habitent ce pays. Une grande partie des traditions mentionn√©es ci-dessous remontent √† l’√®re des invasions islamiques, c’est pourquoi la culture hindoue est √©galement influenc√©e par les traditions perses, arabes et turques.

Ci-dessous, vous avez un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Art

L’art de l’Inde est une repr√©sentation de la soci√©t√© multiethnique et multiculturelle qui habite ce pays et a un caract√®re √©troitement li√© √† la religion. En fait, l‚Äôart est utilis√© comme moyen de diffuser Religion hindoue, ainsi que le bouddhisme, l’islam et m√™me le christianisme.

Outre le caract√®re religieux, l’art indien repr√©sente souvent des √©l√©ments de la la nature, comme les montagnes, les arbres ou les rivi√®res, qui, pour les Indiens, ont un caract√®re sacr√©. Suria, Dieu du soleil; Chandra, d√©esse de la lune; Agni, Dieu du feu; et Indra, d√©esse de la pluie, sont les divinit√©s indiennes les plus repr√©sent√©es.

Faire référence au climat de la mousson, caractérisé par de forts contrastes en termes de températures, est également une coutume profondément enracinée.

La repr√©sentation brutale de √©rotisme Il est √©galement tr√®s fr√©quent dans la tradition artistique de l’Inde, car pour la religion hindoue, le sexe est un moyen par lequel l’humain et le divin sont li√©s.

Par conséquent, il est habituel de voir lingam, le sex-symbol masculin et ioni, symbole sexuel féminin, divinités qui représentent ensemble la fertilité.

Art de l'Inde repr√©sent√© dans le temple de la province de Suphanburi, Tha√Įlande

Architecture

Comme les Fran√ßais avec la Tour Eiffel et les Am√©ricains avec la Statue de la Libert√©, les Indiens sont tr√®s fiers de leur √©toile: Taj Mahal. Des touristes du monde entier viennent √† Agra, la ville du nord de l’Inde o√Ļ se trouve cette merveille architecturale, pour prendre des photos √† c√īt√© de ce palais.

Le Taj Mahal est une merveille originale de l’art moghol qui remonte √† la p√©riode entre le XVIe et le XVIIIe si√®cle. Votre nom, Taj Mahal, √ßa veut dire Palais de Corona et, selon la l√©gende, il a √©t√© construit en l’honneur d’une femme.

La base de forme rectangulaire repr√©sente les bords d’une belle femme et, la porte principale, le voile qui couvre son visage. De plus, le charme du Taj Mahal est renforc√© par le fait que son apparence change en fonction de la lumi√®re du jour, ce qui fait que la rivi√®re situ√©e juste en face se refl√®te dans le d√īme en marbre blanc.

En bref, pour les Indiens, ce b√Ętiment historique est un symbole d’amour et de foi, et on pense que c’est le nŇďud qui fait que les √Ęmes de deux amants restent li√©es au-del√† de la mort.

Le Taj Mahal, l'édifice représentatif de l'architecture indienne

Ayurveda ou médecine indienne traditionnelle

Le terme Ayurveda (du sanskrit ayus-, Qu’est-ce que √ßa veut dire dur√©e de vie, Y -veda, √©quivalent √† science; Cela se traduit par sciences de la vie) fait r√©f√©rence au mill√©naire syst√®me de sant√© holistique et pr√©ventif Culture indienne originale.

On estime qu’il a √©t√© d√©velopp√© il y a plus de 6 000 ans. La base de ce m√©dicament est de r√©tablir l’√©quilibre du corps et de le renforcer par des voies naturelles, gr√Ęce √† ses capacit√©s d’autogu√©rison.

L’Ayurveda remonte √† la tradition v√©dique, c’est-√†-dire la plus ancienne connaissance de l’histoire des √™tres humains, d√©couverte par les soi-disant rishis ou les ma√ģtres v√©diques, pour qui c’√©tait comme un cadeau que les dieux accordaient √† l’humanit√©.

Pour le rishis, l’√©quilibre du corps est atteint gr√Ęce au silence de l’esprit √† travers le m√©ditation, gr√Ęce √† laquelle la sagesse de la vie et les lois de la nature seront r√©v√©l√©es.

√Ä l’heure actuelle, le Maharishi Ayurveda continue d’√™tre pratiqu√© en m√©decine indienne et il est consid√©r√© comme la fa√ßon dont l’intelligence du corps est aliment√©e, ce qui rend son capacit√© de gu√©rison naturelle.

Pour la tradition ayurv√©dique, la maladie est le r√©sultat d’un d√©s√©quilibre que le corps a accumul√© au jour le jour et, par cons√©quent, la solution viendra si ce d√©s√©quilibre est reconnu et que ses impuret√©s sont √©limin√©es. Aujourd’hui, plus de 20% de la population mondiale pratique l’Ayurveda, qui est en outre officiellement reconnu et recommand√© par l’Organisation mondiale de la sant√© (OMS) depuis 1991.

Ayurveda, médecine traditionnelle indienne

Bindi

Nous avons tous √©t√© frapp√©s par point rouge que les femmes indiennes portent g√©n√©ralement sur leur front, en particulier au niveau des sourcils, entre leurs yeux. Il est √©vident que c’est un signe d’identit√© de la culture indienne, mais peu savent ce que cela signifie vraiment. Eh bien, tout d’abord, ce point est appel√© bindi, terme de la langue sanskrite qui signifie litt√©ralement point, goutte ou petite particule.

Les chercheurs en yoga relient le bindi directement √† l’Ayurveda, dont nous avons parl√© pr√©c√©demment, car il est consid√©r√© comme un chakra ou troisi√®me Ňďil, c’est-√†-dire un point d’√©nergie qui est activ√© par la m√©ditation, nous aidant √† trouver la paix int√©rieure.

Cependant, la fonction du bindi est intrins√®quement li√©e √† la mariage: lorsqu’une femme a ce point sur le front, cela signifie qu’elle est mari√©e. Auparavant, il √©tait habituel pour le mari√© de dessiner le bindi avec son propre sang sur le front de la mari√©e apr√®s son mariage, rendant ainsi le lien incassable entre le mari et la femme compl√®tement clair.

Aujourd’hui, le bindi n’est plus fait de sang, mais est g√©n√©ralement fait avec du maquillage ou m√™me avec un adh√©sif rouge. Cependant, sa signification est rest√©e intacte.

Si une femme est veuve, elle doit retirer ce signe de son front. Malgr√© ce sens, il y a beaucoup de jeunes femmes et m√™me de filles qui dessinent actuellement du bindi simplement pour l’esth√©tique et quel que soit leur √©tat civil, bien qu’il soit vrai qu’il ne sera pas rouge.

Le bindi ou point rouge que les femmes indiennes portent sur leur front

Mariage

Le mariage hindou comprend un processus assez complexe quelle que soit la famille à laquelle il appartient.

Il y a encore ceux mariages arrang√©s ou arrang√©s par leurs parents et d’autres membres importants de la famille, bien que de plus en plus de futurs √©poux donnent leur consentement √† la fin du processus.

Ainsi, aujourd’hui, le taux de divorce en Inde ne s’√©l√®ve qu’√† 1% contre pr√®s de 40%, par exemple, aux √Čtats-Unis.

Pour les hindous, le mariage est un sacrement √† travers lequel les membres de la famille assurent non seulement la continuit√© de la dynastie familiale, mais c’est un moyen de rembourser les dettes qui peuvent √™tre en suspens avec les anc√™tres.

Par cons√©quent, le mariage hindou suit le courant de pens√©e appel√© Grihastha, ce qui signifie litt√©ralement √™tre occup√© par la maison et la famille et cela suppose la deuxi√®me phase de la vie de chaque personne dans les quatre phases dans lesquelles elle est divis√©e selon l’√Āshram ou le syst√®me des √©tapes de la vie selon l’hindouisme.

Auparavant, les mariages arrang√©s avaient lieu lorsque les conjoints √©taient encore tr√®s jeunes, en particulier au Rajasthan, un √Čtat situ√© au nord-ouest de l’Inde. Cependant, au fil des ann√©es, des lois ont √©t√© √©tablies qui r√©glementent l’√Ęge minimum √† partir duquel le mariage est autoris√©.

Traditionnellement, la famille de la mari√©e doit fournir au mari√© ou √† sa famille une dot, c’est-√†-dire la partie qui appartenait √† la mari√©e de la fortune familiale, car une fille n’avait pas le droit l√©gal d’h√©riter des biens de sa famille.

Mariage en Inde

Cérémonie Garbhaadaan

Surtout dans l’Inde rurale, le rituel appel√© Samskaar Garbhaadaan Il est particuli√®rement important dans la vie de ses habitants. Garbhaadaan √ßa veut dire fertilisation et se r√©f√®re au fait que l’objectif le plus important dans la vie d’une personne mari√©e est d’√™tre p√®re et, en outre, son premier-n√© doit jouir d’une excellente sant√© et d’une excellente √©ducation.

Ainsi, pour que la femme procr√©e un enfant avec les caract√©ristiques id√©ales de son mari et aussi courageuse qu’Abhimanyu, aussi spirituelle que le roi Janaka, aussi pieuse que Dhruva et aussi g√©n√©reuse que Karna, elle doit se baigner le quatri√®me jour apr√®s ses derni√®res menstruations pour √™tre chaste puis priez vos anciens et gourous.

Puis le fertilisation elle doit √™tre effectu√©e dans la soi-disant troisi√®me phase de la nuit, c’est-√†-dire entre 0 h 00 et 3 h 00. Si ce rituel est suivi comme indiqu√©, l’enfant qui na√ģtra sera une personne de Dieu juste, honn√™te et d√©vou√©e.

Cérémonie Garbhaadaan

Culte du Mahatma Gandhi

Mahatma Gandhi (1869-1948), mieux connu simplement comme Gandhi, √©tait un penseur, homme politique et avocat hindou originaire de l’Inde britannique. Il est √©galement connu sous le nom de Bapu, Qu’est-ce que √ßa veut dire p√®re en langue Guyarat√≠.

Gandhi est consid√©r√© comme l’un des grands d√©fenseurs des droits humains, surtout pour avoir ouvertement pratiqu√© le principe de Satyagraha, n√©ologisme invent√© par lui-m√™me et traduit par insistance sur la v√©rit√© ou force de l’√Ęme.

Ce principe repr√©sente un syst√®me de lutte, de d√©sob√©issance et de r√©sistance √† ce qu’il appelait lui-m√™me la tyrannie. Cette r√©sistance a √©t√© men√©e d√©sob√©issance civile non violente de masse Dans ses propres mots.

Gandhi a promu des campagnes pour réduire la pauvreté, étendre les droits des femmes, éliminer les injustices et créer une harmonie religieuse et ethnique.

Il a √©t√© emprisonn√© √† plusieurs reprises pour cela, mais n√©anmoins, en 1947, juste un an avant sa mort, a obtenu l’Inde pour devenir ind√©pendante de la Grande-Bretagne. L’importance de Gandhi est telle que l’effigie de son visage appara√ģt sur les billets de roupies indiennes (la monnaie de l’Inde).

Culte du Mahatma Ghandi dans la culture indienne

Diya

Un diya est une sorte de lampe de boue ou de l’argile qui est √©galement connue sous le nom divaa, deepak ou deepam. C’est une m√®che coinc√©e dans un coton baign√© de babeurre ou d’huile v√©g√©tale. Les diyas sont utilis√©s en Inde pour illuminer lors d’occasions sp√©ciales. Il existe cependant des dictons en laiton, qui constituent des √©l√©ments fixes comme meubles dans les maisons des Indiens, ainsi que dans les temples hindous.

Les diyas sont utilis√©s principalement dans f√™tes religieuses typique de l’hindouisme, du sikhisme, du ja√Įnisme et du zoroastrisme ou du mazd√©isme, comme le festival de Diwali, Divali ou Deepvali (litt√©ralement, Festival des lumi√®res), qui a lieu chaque ann√©e au cours de l’automne, ou la c√©r√©monie Kushti ou Kusti, typique du zoroastrisme et dans laquelle les adeptes de cette religion portent d’abord cette ceinture sacr√©e autour de leur taille.

En tout cas, la coutume de placer ces petites lampes est parce qu’elles sont un symbole de la victoire du bien sur le mal, en particulier la croyance enracin√©e dans la ville d’Ayodhya, situ√©e dans le nord de l’Inde.

De nombreuses familles ont √©galement l’habitude d’allumer une de ces lampes chaque matin et soir, ce qui n’est pas seulement une coutume, mais signifie √©galement la soumission de l’√Ęme au pouvoir divin supr√™me.

L’huile symbolise la ruse de l’√™tre humain, tandis que le coton repr√©sente l’√Ęme de soi; Ainsi, pour atteindre l’illumination de l’√Ęme et √™tre li√© au pouvoir divin supr√™me, l’√™tre humain doit se d√©barrasser du mat√©rialisme, ce qui est repr√©sent√© par la combustion du fusible.

Diya, divaa, deepak ou deepam

Foire aux chameaux de Pushkar

La foire aux chameaux de Pushkar, Pushkar Mela ou, tout simplement, la foire de Pushkar se tient tous les 3 novembre dans la ville sainte de Pushkar, sur les rives du d√©sert du Thar, dans l’√Čtat indien du Rajasthan.

Pushkar est une ville de seulement 15 000 habitants qui, chaque ann√©e, est remplie de chameaux, de turbans et de fid√®les d√©cor√©s de couleurs vives. Malgr√© la petite taille de cette ville, pendant ce festival pr√®s d’un quart de million de personnes s’y rassemblent, beaucoup d’entre eux des voyageurs curieux qui souhaitent profiter de cet √©v√©nement culturel.

Le Pushkar Mela dure dix jours (période du 1er au 10 novembre et est connu sous le nom de Mois Kartik) et est un festival plein de coutumes, telles que:

  • Allez au temple de Brahma pour rendre hommage √† cette divinit√©
  • Faites une s√©rie de bains rituels sur les marches ou ghats du lac sacr√©
  • Jetez plusieurs diyas sur les eaux de ce m√™me lac, c’est-√†-dire des lampes √† huile dont nous avons parl√© pr√©c√©demment

Bref, toutes ces coutumes sont des rituels sacr√©s qui remplissent l’atmosph√®re de spiritualit√©.

La chose la plus importante √† propos de cette foire est la vente de chameaux, donc ceux-ci sont d√©cor√©s de colliers Naguar, de couvertures Merta, de tissus Jodhpur, de selles et m√™me de tout type d’ustensiles m√©nagers pouvant encourager la vente de cet animal.

Il y a aussi des courses de chameaux dans les dunes du désert du Thar et même des concours de beauté qui récompensent les chameaux les mieux décorés.

Foire aux chameaux de Pushkar

Philosophie et sciences

Pour la culture indienne, la philosophie et les math√©matiques ont jou√© un r√īle fondamental pendant des si√®cles. Ainsi, les doctrines indiennes ont eu un fort impact au fil du temps. monde de la pens√©e. Les √©coles hindoues et bouddhistes, ainsi que la doctrine th√©iste ont grandement influenc√© le monde de la philosophie et des sciences.

Historiquement, l’Inde a √©t√© pionni√®re dans de nombreux aspects du d√©veloppement et de la recherche dans les domaines de la logique, des math√©matiques, du rationalisme et du mat√©rialisme, entre autres domaines de la connaissance.

Cependant, le manque de connaissances sur les contributions dans ces domaines par les doctrines indiennes est d√Ľ au fait que la grande majorit√© des textes ont √©t√© d√©truits √† l’√®re du fanatisme religieux.

L‚Äô√©cole indienne qui a le plus transcend√© est peut-√™tre celle de Ch√°rvaka, consid√©r√©e comme l’√©cole par excellence de la plus ancienne pens√©e mat√©rialiste de la plan√®te qui s’est form√©e entre le VIIe si√®cle av. C. et au d√©but du XXe si√®cle d. C., parall√®lement √† l’√©criture du livre sacr√© hindou Upanishad.

L'Inde, une région pionnière dans le développement des mathématiques et de la philosophie

La gastronomie

Si nous parlions du multiculturalisme qui r√®gne en Inde, la nourriture est sans aucun doute l’un des moyens par lesquels cette caract√©ristique de la culture indienne peut se refl√©ter.

Ainsi, les coutumes culinaires forment un ensemble tr√®s vari√©, r√©sultat de la diversit√© culturelle qui enrichit le pays depuis des si√®cles. Les saveurs de l’Inde sont √©troitement li√©es √† l’utilisation de √©pices, ainsi que des l√©gumes.

Parmi les ingr√©dients de base, le riz, il attaqu√© ou de farine de bl√© entier faite de pain, et la des l√©gumes, dont il existe jusqu’√† cinq vari√©t√©s diff√©rentes: chana (pois chiche), le toor (Pois chiche indien), le urad (lentilles noires) et mung (soja vert).

Il souligne √©galement la curry, l’assaisonnement qui s’est maintenant √©tendu √† travers le monde. Parmi les vari√©t√©s de curry les plus populaires, souligne Vindaloo, √©galement connu sous le nom de roi des currys et qui met en valeur sa qualit√© √©pic√©e.

Curry Saag et Madras sont √©galement tr√®s populaires, parmi beaucoup d’autres. De m√™me, les plats indiens les plus populaires sont: le lassi, l’achars, le rotis ou le chapatis (sorte de tortilla).

cuisine indienne

Henné ou Mehndi

Le c√©l√®bre teinte rouge√Ętre naturelle Il est connu comme Henn√© Il re√ßoit √©galement d’autres noms, notamment: henn√©, mendhi et arje√Īa.

L’utilisation la plus courante de ce colorant est pour la coloration de la peau, une technique connue sous le nom de mehandi. C’est un colorant couramment utilis√© non seulement en Inde, mais aussi dans les pays arabes du Pakistan, du Y√©men ou de l’Iran, ainsi qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Faire un Tatouage au henn√©, nom avec lequel ces peintures sur la peau sont devenues populaires √† l’√©chelle internationale, traditionnellement une feuille s√®che et le p√©tiole du henn√© sont utilis√©s ou Lawsonia inermis, d’o√Ļ l’un des noms mentionn√©s ci-dessus.

L’utilisation du henn√© remonte aux plus anciens livres v√©diques hindous, o√Ļ des descriptions de cette coutume ont √©t√© trouv√©es.

Le plus courant est son utilisation pour teindre Paumes des mains des femmes, m√™me si, au fil du temps, son utilisation s’est r√©pandue chez les hommes et dans d’autres parties du corps, comme les cheveux ou les ongles.

Comme le mariage ou les diyas, la coutume de mourir les mains est une repr√©sentation symbolique de la tradition v√©dique, selon laquelle ce dessin est une r√©flexion ext√©rieure du Soleil que l’individu abrite √† l’int√©rieur, rendant ainsi cette lumi√®re int√©rieure √©clairante

Henné ou Mehndi

Hygiène et hygiène personnelle

Les Indiens sont l’une des villes les plus soign√©es de la plan√®te. Bien que cette d√©claration puisse sembler incoh√©rente pour de nombreux Occidentaux habitu√©s √† voir des images de rues indiennes pleines de d√©chets, l’explication est la suivante: pour les hindous, une chose est l’hygi√®ne personnelle et domestique, et une autre tr√®s diff√©rente de celle des espaces publics.

Une fois de plus, les diff√©rents rituels d’hygi√®ne et de nettoyage pr√©sents dans les maisons des hindous sont dus au fait que l’hygi√®ne personnelle est associ√©e √† la notion de puret√©. Ainsi, selon les √©tapes √† suivre dans ce rituel, la premi√®re √©tape consiste √† d√©f√©quer d√®s que vous vous levez.

Dans l’Inde rurale, de nombreux Indiens se rendent √† la campagne avec un bateau rempli d’eau pour r√©pondre √† leurs besoins car ils n’ont pas de salle de bain. Quand ils terminent cet acte, ils se nettoient soigneusement avec de l’eau et toujours avec la main gauche, jamais la droite, qui est celle utilis√©e pour manger.

La deuxi√®me √©tape sera de vous brosser les dents. Il y a encore quelques ann√©es, une branche d’arbre qui s’√©tait effondr√©e en frottant contre les dents √©tait utilis√©e. Par la suite, la personne en question proc√©dera au bain, un acte connu sous le nom de grogner et il est consid√©r√© comme le rite purificateur par excellence, car entre-temps des textes sacr√©s sont r√©cit√©s et les diff√©rentes divinit√©s hindoues sont pri√©es.

L'hygiène personnelle, symbole de pureté en Inde

hindouisme

L’hindouisme est l’une des plus anciennes religions de la plan√®te selon les diff√©rents √©crits trouv√©s, datant d’environ 1400 √† 1500 avant JC. Il se caract√©rise principalement parce qu’il a millions de divinit√©s.

C’est la tradition religieuse pr√©dominante √† Bali, en Inde et au N√©pal. Actuellement, l’hindouisme est la troisi√®me religion la plus r√©pandue sur la plan√®te avec ses plus d’un milliard de fid√®les.

L’hindouisme est la religion de 80,5% de la population indienne totale et, parfois, il se m√™le au bouddhisme, de sorte que les fid√®les de cette tendance sont consid√©r√©s comme des bouddhistes-hindous.

L’une des caract√©ristiques de la religion hindoue est qu’il y en a d’autres, comme le th√©isme, le panth√©isme, l’ath√©isme, etc. De plus, elle a plusieurs id√©ologies religieuses diff√©rentes, c’est-√†-dire √† la fois polyth√©istes et monoth√©istes. Il y a des milliers de dieux appartenant au panth√©on hindou.

Dans sa pente Vedanta, il n’y a qu’un seul Dieu, le dieu brahmane, qui est consid√©r√© comme ayant l’aspect original de Dieu. Par cons√©quent, le reste des dieux et des √™tres divins de l’univers aspirent √† √™tre leur expression, c’est pourquoi Brahman est le d√©but de l’univers.

La grande majorit√© des coutumes pratiqu√©es en Inde sont li√©es √† cette religion, comme le r√©gime alimentaire suivi par les hindous, pour lequel il existe trois types d’aliments:

  • Tamasic
  • Rajastic
  • Alimentation sattvique

D’autres traditions telles que le rituel suivi lors des mariages ou la spiritualit√© sont √©galement dues √† l’hindouisme.

Temple Sri Mariamman, Singapour

Festival de Holi

Joli, mieux connu comme Festival de Holi par sa d√©nomination en anglais, c’est un festival hindou qui se d√©roule en Inde, en Guyane et au N√©pal au printemps.

Ce festival est populairement connu comme le festival des couleurs ou la f√™te de l’amour. La renomm√©e de ce festival a travers√© les fronti√®res et est d√©sormais c√©l√©br√©e comme un √©v√©nement culturel dans de nombreuses villes d’Europe et des √Čtats-Unis.

Il s’agit d’une f√™te religieuse de caract√®re hindou en l’honneur de Jolik√°, la mauvaise sŇďur du roi Hiranyakashipu qui a tent√© d’assassiner le prince Prahlada, mais il a √©t√© sauv√© gr√Ęce √† l’apparition du dieu Vishnu, qui a fait mourir Jolik√° br√Ľl√© par les flammes, tous d’entre eux des personnages de la mythologie hindouiste.

Par conséquent, la veille de la célébration de Joli, il est de coutume de faire un feu de joie sur le devant du Temple Jagdish (Udaipur), comme représentation du triomphe du bien sur le mal.

Pendant ce temps, pendant le Joli, ils sont lanc√©s poudres gulal color√©es (pigments color√©s) en comm√©moration de l’amour divin que Radha professait pour Krishna, deux divinit√©s hindoues importantes. Il est √©galement consid√©r√© comme un moyen de se d√©barrasser d’√©ventuelles erreurs commises dans le pass√©, c’est-√†-dire de pardonner et d’oublier.

Festival Holi ou Joli

Les langues

Comme nous l’avons mentionn√© pr√©c√©demment, l’Inde est un pays multiculturel et multiethnique. Pour cette raison, il n’est pas surprenant qu’ils l’aient reconnu jusqu’√† 30 langues officielles et il y a environ 2 000 langues sans reconnaissance officielle.

Selon la Constitution de l’Inde, les langues officielles du gouvernement national sont le hindi et le Anglais. Cependant, l’anglais a cess√© de fonctionner comme langue gouvernementale √† partir de 1965, tout comme l’hindi, bien qu’au niveau officieux les deux langues aient une grande influence √† la fois sur la communication gouvernementale et sur les affaires.

De plus, √† Goa, l‚Äôutilisation de Portugais. Il sanskrit, pour sa part, est une langue classique parl√©e aujourd’hui par seulement 200 000 locuteurs.

Le tableau ci-dessous répertorie les 19 langues les plus parlées parmi ces 30 et la région dans laquelle chacune est parlée:

LangueRégion
AssamaisAssam
bengaliBengale occidental et Tripura
BodoAssam
DogriCachemire et Jammu
GujaratíGujarat, Damán et Diu, et Dadra et Nagar Haveli
hindiÎles Bijar, Chandigarh, Chhattisgarh, Andaman et Nicobar, Delhi, Jariana, Himachal Pradesh, Jharkhand, Madhya Pradesh, Rayastán, Uttaranchal et Uttar Pradesh
KannadaKarnataka
KonkaniGoa
MaithiliBihar
MalayalamLakshadweep et Kerala
ManipuríManipur
MarathiMaharashtra
NépalaisSikkim
OriyaOrissa
PanjabiPanyab
TamilTamil Nadu et Pondichéry
TéleguAndhra Pradesh
OurdouCachemire et Jammu
PunjabiPunjab
Langues de l'Inde

Littérature

Dans la litt√©rature indienne, le Ramaiana et le Maj√°bharata Ce sont les deux √©pop√©es les plus r√©pandues ainsi que les plus anciennes. Au fil des ans, diff√©rentes versions et adaptations de ces Ňďuvres ont √©t√© √©crites et diffus√©es dans toute l’Asie du Sud-Est, dans des pays comme l’Indon√©sie, la Tha√Įlande et la Malaisie.

Surtout le Ramaiana se d√©marque, une √©pop√©e qui a grandement influenc√© la d√©finition du mode de vie hindou, en particulier dans l’√©tablissement du r√īle du dharma, ce qui signifie litt√©ralement corriger le comportement pieux et cela a √©t√© appliqu√© comme principe de base dans la culture indienne.

Le Ramaiana aussi Valkimi Ramaiana, a grandement influenc√© l’art et la culture du sous-continent indien, ainsi que de l’Asie du Sud-Est, et est consid√©r√© comme contenant les enseignements de base de l’√©ducation.

The Ramaiana, l'oeuvre la plus influente de la littérature indienne

No√ęl, bien qu’il soit vraiment une coutume de la religion chr√©tienne, est aujourd’hui c√©l√©br√© presque partout dans le monde, o√Ļ il a transcend√© plus comme une coutume que comme une simple tradition religieuse. En Inde, No√ęl est c√©l√©br√© avec style et, avec le temps, d’autres plus typiques de ce pays ont √©t√© incorpor√©s dans les traditions typiques.

En ce qui concerne les symboles de No√ęl hindous, bien que plusieurs puissent √™tre mentionn√©s, le principal est tr√®s populaire dans le monde: nous parlons de p√®re No√ęl ou le P√®re No√ęl. Comme dans tout autre pays, les enfants indiens demandent leurs voeux et attendent des cadeaux du seigneur bien-aim√© de la barbe blanche qui parcourt le monde chaque 24 d√©cembre.

Cependant, √† ce symbole international s’ajoutent d’autres plus typiques de la culture indienne, comme Lakshmi, d√©esse de la fortune, √† laquelle un hommage est rendu dans la soir√©e du 24 d√©cembre; et Ganesha, la divinit√© bien connue √† t√™te d’√©l√©phant consid√©r√©e comme une amulette de chance et de prosp√©rit√©.

Une autre coutume de No√ęl en Inde est de recevoir l’arriv√©e de cette f√™te avec de grands d√©fil√©s dans les rues, dans lesquels leurs participants se d√©guisent, surtout les enfants.

Quant aux cadeaux, ils sont consid√©r√©s comme un signe d’abondance et un moyen d’attirer une √©nergie positive. Par cons√©quent, il est de coutume que chacun re√ßoive et donne au moins un cadeau. Au niveau culinaire, le bonbon traditionnel du jour de No√ęl (25 d√©cembre) est le pain aux noix.

Ganesha, dieu de la chance et de la prospérité en Inde

Rituel des enfants dans l’air

L’une des coutumes les plus rares en Inde est celle qui repr√©sente le rituel connu sous le nom de rituel a√©rien des enfants. Il consiste √† jeter litt√©ralement des nouveau-n√©s d’une hauteur de 15 cm. Cette pratique est tr√®s courante en Inde.

Son origine remonte √† l’Inde ancienne, bien que la date exacte soit inconnue, mais on estime qu’elle pourrait remonter √† environ 500 √† 800 ans. Cette c√©l√©bration a en fait √©t√© apport√©e par les Arabes en Inde et elle se d√©roule encore aujourd’hui Temple de Maruti, situ√© dans l’√Čtat du Karnataka, au sud de l’Inde.

La chute des enfants se d√©roule sur un tissu √©lastique blanc √©tendu au soleil et tenu par certains hommes. Cet acte symbolise la la prosp√©rit√© Dans la vie de cet enfant qui, gr√Ęce √† ce rite, jouira d’une bonne sant√© et de la b√©n√©diction de Dieu.

Rituel des enfants à l'antenne en Inde

Salutation

La salutation de l’Inde est connue sous le nom de Vous avez nomm√© et est employ√© dans diverses traditions bouddhistes et cultures asiatiques. Le Namaste est utilis√© √† la fois pour dire salut Comment Au revoir, ainsi que pour remercier, montrer du respect envers l’interlocuteur et m√™me pour prier.

Cette expression s’accompagne d’une l√©g√®re inclinaison de la t√™te et des paumes des mains ouvertes et coll√©es ensemble au niveau de la poitrine, plus ou moins sous le menton, semblable √† la position typique pour prier. La salutation en est venue √† √™tre appel√©e ainsi car, √† ce geste, accompagne le mot tu as nomm√©.

L’√©tymologie de ce terme provient de la langue sanskrite et est form√©e par namas-, Qu’est-ce que √ßa veut dire r√©v√©rence ou culte, Y -th√©au sens propre √† toi. Donc, tu as nomm√© √ßa veut dire Je te v√©n√®re.

Namaste, le geste typique de l'Inde

Cette expression est utilis√©e tr√®s fr√©quemment dans les pratiques de yoga comme une forme de salutation et d’adieu, bien qu’il soit aussi un symbole d’expression de bons voeux. Dans la culture japonaise, il existe √©galement et est appel√© gasshŇć.

Sari

Le sari, également appelé sari ou shari, est la robe utilisée par les femmes du sous-continent indien. Est un costume en soie Il est enroulé autour du corps comme une robe et peut être de différentes couleurs. Le terme sari Il vient de la langue hindi et signifie simplement robe.

Le tissu mesure g√©n√©ralement entre 4,5 et 8,2 m de long et entre 1 et 1,2 m de large. Il est plac√© autour de la taille et une extr√©mit√© est roul√©e sur l’√©paule, de sorte que l’estomac est expos√©. La partie sup√©rieure est appel√©e choli et la jupe inf√©rieure est connue sous le nom lehenga.

Le sari, le vêtement le plus connu en Inde

L’origine de ce v√™tement remonte aux ann√©es 1800 et 2800 avant JC, p√©riode o√Ļ il a v√©cu la la civilisation de la vall√©e de l Indus dans la partie ouest du sous-continent indien, quand un pr√™tre recouvert d’une sorte de robe a √©t√© repr√©sent√© pour la premi√®re fois. Par cons√©quent, le sari est consid√©r√© comme un v√™tement unisexe.

Il existe de nombreux types de sari qui diff√®rent les uns des autres essentiellement en raison de la d√©coration de leur tissu. Ainsi, les plus utilis√©s sont les banarsis, qui attirent l’attention pour sa d√©licatesse, la finesse de la soie et le design inspir√© de l’art moghol, ce qui en fait le v√™tement par excellence pour les occasions sp√©ciales (par exemple les mariages).

Sadhus

Un sadhu o Saa-dhu C’est la plus haute repr√©sentation de la religion hindoue aujourd’hui. Il s’agit d’une Asc√®te hindou ou moine qui suit le chemin de la p√©nitence, du progr√®s spirituel et de l’√©quilibre mental par une conduite appel√©e Sadhana. Les Sadhus pratiquent ce comportement quotidiennement afin de corriger leur esprit et d’exercer leur corps pour atteindre l’infini int√©rieur.

Sadhus

Il Sadhana c’est la quatri√®me phase des √©tapes de la vie que l’hindouisme √©tablit apr√®s avoir √©tudi√©, ainsi qu’avoir √©t√© p√®re et p√®lerin. Les Sadhus renoncent aux plaisirs terrestres ou mat√©riels pour retrouver les vraies valeurs de la vie. Ainsi, les sadhus vivent au sein de la soci√©t√©, tout en essayant de l’ignorer.

Chaque sadhu imite la vie de Shiva, un √™tre mythologique de la tradition hindoue consid√©r√© comme le principal de tous les asc√®tes. Le costume typique de ces moines est de couleur safran pour symboliser qu’ils ont re√ßu la b√©n√©diction du sang fertile de Parvati, le couple de Shiva.

Odissi, la danse classique de l’Inde

Les arts du spectacle ont toujours √©t√© l’un des piliers fondamentaux de la culture indienne.

L’art de la danse ou N√Ętya-sh√Ęstra et le miroir du geste ou Abhinaia-Darpana Ce sont deux textes √©crits √† l’origine en sanskrit qui ont √©t√© conserv√©s √† ce jour depuis qu’ils ont √©t√© √©crits entre 200 av. et 300 A.D. La danse pour la culture indienne est un art d√©lib√©r√©, c’est-√†-dire qu’aucun √©l√©ment n’est le fruit du hasard, mais cherche √† transmettre des id√©es.

Odissi, la danse classique de l'Inde

Selon lui N√Ętya-sh√Ęstra, il existe neuf styles de danse:

  • Bharata natyam
  • Odissi
  • Mohiniyattam
  • Kuchipudi
  • Kathak
  • Kathakali
  • Manipuri
  • Sattriya
  • Chhau

De toute √©vidence, chacun de ces styles a un costume caract√©ristique. De plus, les danses sont une repr√©sentation narrative des √©l√©ments de la mythologie hindoue. Selon l’actrice indienne Ragini Dwivedi, l’art de la danse en Inde est consid√©r√© comme un expression de la beaut√© int√©rieure et la divinit√© de l’√™tre humain.

Bijoux traditionnels

Comme les autres coutumes mentionnées ci-dessus, les bijoux traditionnels des femmes indiennes sont aussi variés que frappants et se caractérisent par leurs dessins, conçus pour presque toutes les parties du corps.

Bijoux indiens traditionnels

En g√©n√©ral, les bijoux indiens varient selon les r√©gions, car chacun a un style unique et original. Ainsi, dans les √Čtats d’Andhra Pradesh et d’Orissa, le filigrane d’argent, connu sous le nom de Tarkashi, est g√©n√©ralement travaill√©.

En tout cas, il y a neuf bijoux de base et communs dans la tenue quotidienne de la femme indienne. Sur la t√™te, l’ornement qui se porte au milieu des cheveux et se termine au front s’appelle Maan Tikka.

Ce bijou √©tait utilis√© exclusivement pour les mariages, mais aujourd’hui il est utilis√© dans d’autres contextes tels que les festivals. De son c√īt√©, le fameux anneau nasal ou piercing s’appelle Nathni. Les boucles d’oreilles ou boucles d’oreilles sont appel√©es Jhumka y los utilizan tanto los hombres como las mujeres desde la Antig√ľedad, cuando se utilizaban huesos de animales o piezas de madera.

Cet article a été partagé 412 fois.

Enfin, nous avons s√©lectionn√© l’article pr√©c√©dent et suivant du bloc ¬ę¬†Diversit√© culturelle¬ę¬†afin que vous puissiez continuer √† lire:

Laisser un commentaire